Skip to main content

2. Le Prince Souris

Lorsque Balthazar entra dans la chambre ce soir-là, Timothée était assis au milieu de son lit, les bras croisés et la tête baissée.


«Tu fais la tête ? demanda-t- il à l’enfant.
- NON !! cria Timothée.
- Mais tu es en colère.
- NON !! cria-t- il encore»

Balthazar s’approcha silencieusement et regarda le petit garçon. Il attendit que celui-ci veuille bien lui parler. Lorsqu’il leva la tête, Timothée était toujours en colère, mais Balthazar n’y pouvait rien. Alors le petit garçon lui expliqua la raison de son courroux.

« J’ai perdu une dent ! dit-il sèchement.
- Oh, s’exclama Balthazar. Et ce n’est pas bien ?
- Mais j’ai besoin de cette dent !! Si je perds toutes mes dents, je ne pourrais plus manger.
- D’autres repousseront, répondit Balthazar.
- Non, ce n’est pas vrai !
- Et pourquoi ce ne serait pas vrai ? demanda Balthazar, surpris.
- Maman et Papa m’ont expliqué qu’une autre dent aller repousser, et que je devais mettre celle-ci sous mon oreiller pour une souris. C’est n’importe quoi !!
- Ah oui, le Prince Souris.
- Le quoi ? demanda Timothée, interloqué.
- Le Prince Souris, reprit Balthazar. Il est obligé de récupérer les dents de tous les enfants, sinon, il ne peut pas manger.
- Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?
- C’est l’histoire du Prince Souris. Veux-tu que je te la raconte ?»


Timothée hésita. Sa colère n’était pas passée. Il avait encore très envie de bouder, mais l’envie d’écouter l’histoire fût plus forte. Il hocha de la tête et s’installa plus confortablement dans son lit. Balthazar s’assit à côté de lui et commença.

x

« Il était une fois un prince qui était riche. Très riche. Mais également cupide. Il ne dépensait sa fortune qu'en de rares occasions et uniquement dans son intérêt. Hormis quelques membres de sa famille, il ne recevait personne dans son château. Il avait bien trop peur que quelqu’un lui prenne une de ses pièces d’or. Le prince vivait seul avec son argent et il en était très triste, bien qu'il ne l'admettait pas. Un jour, alors qu’il se promenait dans son jardin, il rencontra une vieille dame qui lui demanda un petit bout de pain, car elle avait très faim. Le prince, furieux qu'on puisse pénétrer ainsi dans l’enceinte du château, la chassa sans délicatesse. Puis il rentra chez lui, veillant jalousement sur son trésor. Il s’écoula deux journées avant que la vieille dame ne revienne frapper à sa porte.


« S’il vous plaît mon bon prince, dit-elle. Ayez pitié d’une dame âgée qui ne vous demande qu’un peu de chaleur. Cela ne fera pas de différence pour vous. L’hiver est long et froid et j’aurais grand besoin de me réchauffer.»


Mais encore une fois, le prince la renvoya durement et s’en retourna auprès de sa fortune.
Deux jours passèrent à nouveau. Le soir, après avoir dîné, le prince s’en alla se coucher. Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu’il découvrit dans son lit la vieille dame qu’il avait déjà chassée par deux fois. Hors de lui, il la leva sans ménagement. Elle s'en plaignit.


« Pitié mon prince. Je suis fatiguée, frigorifiée et affamée. Je ne demande qu’un peu de repos dans un endroit chaud et sec ainsi qu’un peu de pain. Vous qui possédez tant, cela ne représente rien.»


Mais le prince, trop inquiet pour ses pièces d’or et apeuré par l’apparence repoussante de la vieille femme, la conduisit jusqu’à la porte de son château. Là, il lui rit au nez :


« Tu veux un bout de pain ? Tu n’as même plus de dents pour en manger. Va-t'en vilaine femme, et ne revient jamais chez moi. Tu n’es pas la bienvenue ici.»


Alors il referma la porte brutalement, remonta les escaliers et se dirigea à nouveau vers sa chambre. Lorsqu’il découvrit à nouveau son lit occupé, il explosa de colère et retira brusquement le drap blanc. Apparut alors devant lui une magnifique fée éblouissante, dont le visage exprimait un grand mécontentement. Le prince, impressionné par l’apparition, se mit à genoux.


« Trois fois je suis venu à toi, et trois fois tu m’as repoussé, lui dit la fée d’une voix forte.»


Le prince comprit immédiatement qu’il s’agissait de la vieille dame et qu’il la voyait pour la première fois sous sa véritable apparence. Il regretta immédiatement son comportement.


« Mon lit est à vous Madame, et je m’en vais de ce pas vous préparer un bon repas.
- Il est trop tard. Pour ton comportement, je vais te jeter un sort.»


Elle sortit alors de sa poche une baguette magique. Le Prince recula mais refusa de fuir.


« A partir de ce jour, tu seras une souris. Et puisque tu as ri quand tu as vu que je n’avais pas de dent, tu n’en auras plus. Je te laisse ton château, ta fortune et ta nourriture. Mais chaque nuit tu auras faim. Ce que contient ton garde-manger, tu ne pourras pas y toucher sans tes dents. Tu devras parcourir le monde, à la recherche des dents de lait que cacheront les enfants sous leur oreiller. A chaque fois que tu prendras une, tu déposeras en échange une pièce de ton trésor. Et quand tu auras assez de dents pour manger, tu reviendras ici prendre ton repas. Prends garde toutefois ! Dès les premières lueurs de l’aube, les dents que tu auras collectées durant la nuit disparaîtront. Il en sera ainsi tant qu’il te restera au moins une pièce d’or. Lorsque tu auras partagé toute ta fortune, tu retrouveras ton apparence humaine.»


C'est depuis ce jour que le Prince Souris, puni par la fée pour son égoïsme et son avarice, parcourt la terre entière à la recherche des dents de lait des enfants afin de manger.»


Balthazar s’arrêta de parler. Timothée le regarda surpris, attendit un peu, puis dit :
« Et c’est tout ?
- Comment ça ?
- Ton histoire n’est pas finie. Le prince est-il redevenu humain ?
- Je ne sais pas. Il n'a pas encore donné toutes ses pièces.
- Pourquoi me racontes-tu une histoire qui n’est pas finie ?
- C’est toi qui voulais savoir pourquoi la petite souris échange des pièces contre des dents.
- Mais je veux connaître la fin !!
- Alors pour ça il faut dormir.
- Pourquoi ?
- Parce que cette nuit, le prince souris passera prendre ta dent et déposera une pièce. Mais à l’unique condition que tu dormes. Alors peut-être que cette fois-ci, ce sera la dernière pièce du prince.
- Et si ce n’est pas le cas ? demanda Timothée.
- Et bien, tu as d’autres dents, dit le Marchand de sable dans un sourire espiègle. Maintenant allonge-toi et ferme les yeux afin que j’y dépose quelques grains de sable.»


Le garçon s’exécuta. Quelques secondes plus tard, il dormait. Balthazar remonta le drap sur lui, le regarda un instant puis retourna vers la fenêtre. Au moment où il sortait, il salua la petite souris qui venait chercher la dent de Timothée.

Comments

Popular posts from this blog

I. Là où un lutin dort.

C’était un simple sentier qui courait au milieu des chênes et des merisiers. La lumière se glissait doucement à travers les arbres et venait éclairer les roches et les mousses. Des feuilles mortes jonchaient le sol, et une odeur d’humus frais emplissait l’air. A côté, un ruisseau coulait doucement et scintillait au milieu de cette végétation verte, jaune et brune. L’étroit sentier filait sur une centaine de mètres. Au bout, derrière un parterre de ronces, se trouvait un énorme tronc d’arbre mort.
Et entre deux racines, une porte. C’est là que vivait Pok.
Comme tout bon lutin des bois, Pok entretenait la forêt. Son domaine était agréablement désordonné et équilibré. Pas trop de champignons, quelques grands arbres pour maintenir une bonne dose d’ombre, des fougères savamment dispersées, des épines pour protéger de jeunes pousses et par-dessus tout, un ruisseau clair et bien froid.
Oui, vraiment, tout était pour le mieux dans ce coin-là de la forêt.
Pourtant, un matin, le petit lutin retro…

1. Les Géants de Pierre

Il était une fois un petit garçon prénommé Timothée qui ne voulait pas dormir.

Tous les soirs, au moment de se coucher, il attendait que ses parents ferment la porte de la chambre pour sortir de son lit, rallumer la lumière et jouer. Il pensait que dormir ne servait à rien. Que c'était une chose sans intérêt. Alors il prenait un à un ses jouets et veillait là, au milieu de sa chambre, jusqu'à ce que la fatigue l'emporte.

Chaque soir, il s'endormait un peu plus tard. Et chaque matin, ses parents, désespérés, le retrouvaient lové sur le tapis de sa chambre. Ils avaient essayé beaucoup de choses pour que Timothée s'endorme à la nuit tombée. Ils étaient restés avec lui jusqu'à ce qu'il ferme les yeux, ils lui chantaient des berceuses, ou bien cachaient ses jouets avant de partir...Mais rien n'y faisait. Sitôt la porte fermée, Timothée ouvrait les yeux, sortait de son lit et se mettait à jouer tant qu'il pouvait.
Bien sûr, à force de moins en moins dormir…

I. La Dame en Rouge

Au village on l'appelle la 'Dame en Rouge'.

C'est une grande dame, fine et élégante, marchant encore d'un bon pas, malgré ses soixante-quinze ans. Sa maison est à l'orée d'une forêt, un peu à l'écart du village et de ses bruits. La porte est toujours ouverte pour acceuillir les personnes qui désireraient passer un moment avec elle, à causer des temps passés, ou des temps à venir. Enfin, des choses de peu d'importance...  Lorsqu'on passe cette porte, on entre dans une pièce bien éclairée. La parquet de bois grince quand on marche dessus, les murs s'effritent légèrement lorsqu'on s'y appuit, et les vieux meubles montrent une certaine réticence si on tente de les ouvrir. En face de la porte, il y a une très belle et très grande cheminée, toute de marbre, dans laquelle crépite toujours un beau feu. A côté, il y a une fenêtre par laquelle pénètre la lumière du jour, qui vient ensuite se décomposer sur des prismes suspendus. Plusieurs petit…